A part ça‎ > ‎

N3 fém. : le derby à Ensisheim

publié le 4 nov. 2013 à 02:09 par Marie
Dna, Lundi le 04 Novembre 2013 :

Pour la quatrième fois en cinq rencontres, Ensisheim l'emporte sur le score net et sans appel de 3-0.

Remporter le derby de cette manière en aurait enchanté plus d'un... Et pourtant, selon l'entraîneur haut-rhinois Charles Gautier, la manière n'y était pas.

« C'est vrai cela s'est bien passé à la vue du résultat, concède le coach, mais la forme n'était pas très satisfaisante. C'était un match assez moyen, avec beaucoup de fautes et d'approximations. »« Trop de fautes directes »

Ses joueuses ont particulièrement maîtrisé leur service pour poser des soucis aux Bas-Rhinoises. « On leur a posé pas mal de problèmes au service, explique le coach ensisheimois. Nous avions un potentiel offensif supérieur, ce qui nous a permis de faire la différence. On s'impose tranquillement, pas forcément avec la manière, on retiendra juste le résultat. Il faudra que l'on fasse plus aux prochains matchs. »

Même constat, ou presque, du côté de Sélestat. En l'absence de trois joueuses clés (Kostolaniova, Wetterwald et Bildstein), Philippe Muser ne se faisait pas trop d'illusions quant à l'issue de cette rencontre, sur le terrain du leader invaincu. Mais lui aussi est déçu par la manière. « On était un peu handicapé par les absences, mais on a surtout mal joué », expliquait le coach des Violettes à l'issue de la rencontre. « On a fait beaucoup de fautes directes, on n'a pas été très bon en réception et du coup, on n'a jamais réussi à accélérer, à perturber le contre d'Ensisheim », ajoutait encore "Mousca". L'entraîneur de Sélestat a regrettait d'avoir vu le "mauvais visage" de son équipe. « Pour l'instant, on réussit seulement un match sur deux, il faut qu'on progresse au niveau de la régularité... »

La semaine prochaine, Ensisheim essayera d'enchaîner à Maisons-Alfort ; Sélestat, de son côté, recevra Malakoff.

Photo : Collin (à l'attaque) et Ensisheim sont venues à bout du Sélestat de Gouvion et Raingué (au contre).


Les Ensisheimoises surclassent les Sélestadiennes

L'alsace, Lundi le 04 Novembre 2013 : 


Ensisheim - Sélestat 3-0. Les sets : 25-16 (20'), 25-20 (27'), 25-17 (22'). Temps effectif de jeu : 1h09. Duopôle. Arbitres : MM. Schmitt et Bottlaender. Ensisheim : Munsch (passe), Bruder, Bénéfice, Gradoux (libéro), Collin, Veidig, Hohweiller, Marchetti. Entraîneur : Charles Gauthier. Sélestat : Marcovici, Gaupp puis Lam, Wolff, Boileau et Auger (passe), Gouvion, Leppert (libéro), Raingue. Entraîneur : Philippe Muser.

Les Ensisheimoises ont préservé leur invincibilité en remportant aisément (3-0), hier, le derby alsacien face à Sélestat. Si elles se méfiaient de leurs adversaires, les Haut-Rhinoises ont rapidement été rassurées en prenant les devants dès les premiers échanges. Sélestat, privé de son fer de lance, Petra Kostolaniova, a subi le jeu pendant de longues minutes, voyant le score s'envoler en faveur d'Ensisheim (11-3). « Ne jouez pas avec la peur au ventre ! » lançait Philippe Muser, l'entraîneur sélestadien, à ses joueuses qui ont, il est vrai, semblé tétanisées sur le terrain.

Appliquées au service et percutantes en attaque, à l'image de sa capitaine, Collin, les Ensisheimoises font un cavalier seul dans ce premier set (14-3). Sélestat procède bien à quelques changements, en faisant rentrer en jeu Auger sur Boileau à la passe, et Lam sur Gaupp, mais les Haut-Rhinoises sont sans pitié. Marcovici, d'une belle attaque à l'aile, met fin à l'hémorragie et les Bas-Rhinoises sortent un peu de leur torpeur, sous l'impulsion d'Auger au service. Ensisheim commet certes quelques petites erreurs, mais remporte brillamment le set (25-16) sur un service gagnant de Marchetti.

Le deuxième set est du même acabit. Ensisheim domine mais les Sélestadiennes sont plus combatives. Les points sont plus disputés mais la domination ensisheimoise est toujours de mise (5-1, 17-11). Une nouvelle fois, les joueuses de Charles Gauthier connaissent un léger moment de flottement et Sélestat, plus incisif au contre, en profite pour revenir à 18-19. Ensisheim réagit avec des services de Collin qui déstabilisent la réception sélestadienne, et sa passeuse, Munsch, qui offre le set à ses copines sur une balle en 2e main bien sentie (25-20).

Le troisième acte sera le plus disputé. Dos au mur, les Sélestadiennes jettent toutes leurs forces dans la bataille et accrochent Ensisheim (3-3, 11-11). Les attaques de Marcovici et Gaupp sont bien placées et donnent légèrement le tournis à la défense haut-rhinoise. Ne souhaitant pas s'éterniser sur le terrain, Ensisheimaccélère alors le rythme. Hohweiller assure une bonne couverture du filet alors que Collin continue son festival offensif. Sélestat résiste un temps mais finit par craquer face à des Ensisheimoises qui ont, encore une fois, été les patronnes. Grâce à cette cinquième victoire, acquise hier dans un derby alsacien à sens unique, elles préservent leur invincibilité et leur place de coleader avec l'USM Malakoff.C.H.




Ensisheim 3 Sélestat 0

Les sets: 25-16, 25-20, 25-17. Arbitres : MM. Schmitt et Bottlaender.

ENSISHEIM : Munsch (passe), Marchetti (puis Veidig(, Collin, Hohweiler, Benefice, Druder. Libero : Gradoux. Entraîneur : C. Gauthier

SELESTAT : Marcovici, Gaupp, Lam, Wolff, Boileau (passe), Gouvion, Auger, Raingué. Libero: Leppert. Entraîneur : P. Muser



L'alsace, Vendredi le 01 Novembre 2013 :

Un deuxième derby encore plus dur à négocier

Après avoir réussi à franchir l'obstacle Kingersheim chez elles, samedi dernier, les Sélestadiennes vont tenter d'en faire de même dimanche à Ensisheim. Photo Sébastien Riotto

Après avoir pris le meilleur aux dépens de Kingersheim, les Sélestadiennes vont tenter d'en faire de même dimanche à Ensisheim, une équipe toujours invaincue.

Une formation haut-rhinoise succède à une autre au calendrier de la 5e journée de championnat de Nationale 3. Tombeur de Kingersheim le week-end dernier, le SC Sélestat tentera d'en faire de même à Ensisheim. Mais la tâche des coéquipières de Romina Marcovici semble encore plus ardue cette fois-ci.

Tout d'abord parce qu'elles ne joueront pas à domicile mais dans l'antre de leur adversaire. Ensuite parce qu'elles auront en face d'elles, une des deux dernières équipes invaincues de leur poule. Ensisheim a remporté ses quatre premiers matches en ne concédant qu'un set, la semaine dernière à Conflans.

Chez une équipe partie pour jouer les premiers rôles et à ne rien laisser passer à domicile, les Bas-Rhinoises n'auront pas beaucoup de latitude. Mais elles sont actuellement sur une spirale positive qui leur permet de croire en leurs chances. Celles-ci auraient été encore plus fortes si elles avaient pu compter sur leur principal atout, Petra Kostolaniova. Mais la Slovaque ne sera pas de la partie cette fois, étant absente cette semaine. Ces coéquipières vont tenter de relever le défi et de faire en sorte que son absence soit le moins préjudiciable possible. Sur ce qu'elles ont montré depuis le début de la saison, elles n'ont pas de raison de douter.Christian Weibel


Dna, Samedi le 02 Novembre 2013 :

Ensisheim (N3F) : « Pas si solide »

Marion Bénéfice, l'une des recrues ensisheimoises, fait le point sur le début de saison.

- Quatre rencontres, quatre victoires. Quelle est la recette ?

- Il n'y a pas de recette miracle, que des recettes sans gluten (rires). Plus sérieusement, sur quatre matchs, nous avons rencontré trois équipes de bas de tableau.

Malgré des matchs plutôt approximatifs, on a réussi à prendre les trois points à chaque fois. Ces premières rencontres nous ont permis de continuer à travailler et souder le groupe en vue des prochaines échéances, plus difficiles.

- Le groupe effectue un aussi bon départ que la saison dernière (sept succès avant la première défaite). Ensisheim paraît sans réel point faible...

- Je ne suis pas aussi catégorique. L'équipe n'est pas si solide. Nous avons des difficultés à rester concentré sur tout un match. Lorsqu'on se retrouve dans un creux, il n'y a personne qui réussisse à nous sortir la tête de l'eau. On l'a vu en Coupe de France contre Pouilly/Metz (perdu 1-3).

- Comment s'est passé le changement de Rixheim à Ensisheim, un cran en dessous ?

- C'était difficile de me dire que j'allais jouer un niveau plus bas... Finalement, je suis ravie de jouer àEnsisheim. Il y a un peu moins de rigueur que dans les équipes où j'ai pu évoluer précédemment.

Il y a davantage de fautes pendant les matchs. Mais je suis contente de me joindre à un collectif où l'objectif de la montée est clairement annoncé et commun à toute l'équipe, à tout le club.

- Vous recevez Sélestat dimanche. Un match piège ?

- Nous prenons toutes les rencontres très au sérieux, on est susceptible de perdre ou de gagner face à n'importe quelle équipe !Peter Beer


Comments